Actions menées par le Conseil général des Landes

troncs et débris

Le littoral atlantique, et notamment landais, est confronté à un important apport maritime de macro-déchets. Ces apports se font régulièrement au rythme des marées.

Trois sources principales de pollution ont pu être mises en évidence :

1-le bassin de l’Adour, des Nives, les rivières et courants des côtes aquitaine et cantabrique.

2-l’activité maritime et la pêche,

3-le nord de l’Espagne.

6.7 millions d’euros (soit 44 millions de francs) ont été engagés de 1990 à 1998 pour la collecte et le traitement des macro-déchets. Depuis, le nouveau marché conclu avec la société COVED prévoit l’engagement de 8.23 millions d’euros (soit 54 millions de francs) sur 7 ans.

Nature des macro-déchets

La nature et la provenance des déchets échoués sont bien connues du Conseil Général des Landes. De façon générale, on y distingue :

  • des volumes de bois issus de l’Adour, des Gaves, des Nives, des rivières et courants des côtes cantabrique et aquitaine,
  • des déchets ménagers issus des façades littorales et notamment du Nord de l’Espagne,
  • des déchets rejetés par les bateaux (marines marchandes, de plaisance,…),
  • des déchets liés aux activités de pêche dans le golfe de Gascogne,
  • des déchets divers issus de la fréquentation touristique estivale,
  • des cadavres d’animaux marins et autres.

Ramassage des macro-déchets

Opérations de nettoyage

Le Conseil général des Landes, en partenariat d’ordre technique et financier avec les quinze collectivités littorales et le Centre d’Essais des Landes, a mis en place depuis 1991 un service de nettoyage sur toute la côte landaise et fonctionnant toute l’année. Ce nettoyage, dont les maîtrises d’ouvrages et d’œuvre sont assurées par le Conseil Général des Landes, est effectué durant la période estivale, du 1er juin au 30 septembre, et hivernale, du 1er octobre au 30 mai. Les objectifs sont multiples.

Il s’agit de :

1-traiter en permanence les déchets amenés par les marées,

2-traiter l’ensemble du littoral et éviter la reprise des déchets des zones non nettoyées vers les zones nettoyées,

3-offrir un littoral correct toute l’année,

4-réduire les nettoyages estivaux réalisés par les communes,

5-diminuer la pollution du cordon dunaire (envol des plastiques),

6-assurer une collecte et un traitement efficaces des déchets.

Les fréquences minimales du ramassage des macro-déchets varient en fonction de la période et du type de déchets à collecter :

Fréquence minimum du ramassage
En période estivale (Juin à Septembre)En période hivernale (Octobre à Mai)
Type de déchets Plages Reste du littoral Plages Reste du littoral
Bois 3 jours 1 semaine 1 semaine 1 mois
Plastique et divers déchets 3 jours 1 semaine 1 semaine 1 mois
Dépouilles animales et produits dangereux 24 heures 24 heures 3 jours 1 semaine

Cela signifie que :

  • Les 36 zones de baignade surveillée accessibles mécaniquement (environ 600 mètres linéaires au droit de chaque poste de secours, soit 21.6 km et 20% du littoral landais) sont nettoyées une fois tous les trois jours en été et une fois par semaine en hiver.
  • Le secteur du Centre d’Essai des Landes soit 25 km (23.5% du littoral ) est nettoyé deux fois par an.
  • Le reste du littoral , soit 59.4 km (56% du littoral ) est nettoyé une fois par semaine en été et une fois par mois en hiver.

Le nettoyage est organisé en opérations de ratissages successives (avec des râteaux de plus en plus fins) et une finition au criblage tamisage est effectuée sur les plages surveillées. Les pieds de dune sont exclus des opérations de nettoyage mécanisé (voir schéma suivant).

Opérations de nettoyage
Opérations de nettoyage
Schéma des opérations de nettoyage mécanisé

Le traitement des déchets collectés

La présence trop importante de sable dans les déchets collectés a longtemps empêché leur incinération, notamment pour éviter des risques de vitrification des fours. Avant 1998, ces déchets étaient acheminés en décharge contrôlée. Depuis la finesse accrue du nettoyage par criblage tamisage permet de réduire le pourcentage de sable collecté et d’incinérer, après une phase de traitement, les déchets dans des conditions normales.

Actuellement la totalité des déchets est évacuée de la plage .

Les cadavres d’animaux sont pris en charge par un équarrisseur.

Le bois trié (longueur supérieure à 0.5 m et diamètre supérieur à 0.10 m) fait l’objet d’un traitement par broyage avant d’être revalorisé soit dans la filière compostage de boues de station d’épuration, soit dans la filière énergie-bois du Conseil Général des Landes, soit orienté vers d’autres filières.

Les déchets ménagers sont acheminés vers une plateforme de tri.

Nature et quantité de déchets collectés entre 1992 et 2004
AnnéeNombre de cadavres d’animauxÉlimination de déchets courants (plastique, petit bois …) (en M²)Bois (filière énergie) (en M²)
1992 412 17176 1377
1993 58 18362 890
1994 76 25155 345
1995 12 18865 600
1996 85 11450 2375
1997 71 12460 3680
1998 80 13257 1990
1999 371 9960 2640
2000 227 11670 3780
2001 147 11895 1590
2002 206 11580 1305
2003 85 7980 3465
2004 131 12960 3120

Les opérations de nettoyage du littoral landais s’accompagnent d’actions complémentaires pour résorber en amont les diverses sources d’approvisionnement des déchets :

  • programmes de restauration et d’entretien des rivières et des fleuves du golfe de Gascogne,
  • mise en œuvre de schémas de collecte et de traitement des ordures ménagères,
  • mise en place de dispositifs de captage des déchets en amont (barrages hydroélectriques, barrages flottant d’Urt…),
  • résorption des décharges en bordure de rivières,
  • collecte des déchets dans l’enceinte du Port de Bayonne,
  • respect des réglementations,
  • éducation à l’environnement.

La mise en œuvre du nettoyage des plages permet d’apporter une réponse globale (collecte, évacuation, traitement) au problème d’échouage des macro-déchets.

Les objectifs recherchés doivent intégrer les produits de salubrité, de santé publique (collecte de cadavres d’animaux, d’objets ou produits dangereux) et la protection de l’environnement.

Les coûts sont répartis entre les partenaires (suivant différents paramètres) de la manière suivante :

  • Département des Landes : 50%
  • Collectivités littorales : 47.5%
  • Centre d’Essai des Landes : 2.5%

La décision de reconduite de l’opération au-delà de l’expiration du marché actuel est intervenue. Après une phase de concertation avec tous les partenaires directs et indirects, la consultation des entreprises devrait intervenir au printemps 2005. Le nouveau cahier des charges permettra d’apporter une réponse plus individualisée répondant aux volontés locales, tout en conservant une prestation globale.

Contacts :