Altération

L’étude de la géologie de la côte basque (rapport BRGM? (2004) « Etude géologique simplifiée de la Côte Basque », en cours d’édition) a permis de mettre en évidence la présence d’une altérite d’extension régionale observable de Biarritz à Hendaye. Elle a été identifiée dans des formations calcaires où elle se présente sous la forme d’une marne ou d’une argile.

Les roches saines en profondeur, sont altérées en surface, au contact des eaux météoriques, engendrant ainsi la formation d’altérites. (figure 1)

Ces altérations modifient le comportement mécanique de roches et induisent des phénomènes d’instabilités.

figure 1
figure 1
Mécanismes d’altération

Le phénomène d’altération se manifeste principalement par une oxydation des minéraux et une décarbonatation au sein des formations calcaires du crétacé.

L’altération des formations géologiques (altérites) donne aux roches des propriétés nouvelles souvent très différentes de leurs propriétés initiales.

Des réseaux de fractures apparaissent par la réduction de volume due à la dissolution des calcaires.

A l’inverse, l’apport d’eau peut entraîner une augmentation de volume des altérites anciennes. Suivant les terrains, la capacité d’altération est donc différente.

La dynamique d’érosion côtière est fortement influencée par la répartition de l’altérite basque.

Le déblaiement des matériaux de la côte par l’océan ne s’effectue pas partout de la même manière, suivant la nature de la roche.

En effet le recul de la falaise dans les altérites est beaucoup plus rapide que dans les roches dures.
Il semblerait que ce phénomène soit à l’origine de la formation de la baie de Saint-Jean-de-Luz par exemple.

Un modèle d’évolution de la côte a été réalisé dans le cas où la côte est constituée d’une roche non altérée en front de mer et d’une altérite à l’intérieur. (figure 2)

A partir d’un état initial (a), s’ouvrent tout d’abord des baies (b) puis se forment des îlots © et une grande plage (d).

figure 2
figure 2
Blocs diagrammes représentant l’évolution du littoral, dans le cas où la côte est constituée d’une roche non altérée en front de mer et d’une altérite à l’intérieur.

En fonction du comportement mécanique des roches et de leur mode de dégradation, la côte basque a pu être subdivisée en différentes zones.

Suivant les types de côte définis, correspondent des modes de dégradation. (figure 3)

figure 3
figure 3
Résumé des modes de dégradation correspondant aux types de côte

La description de cette altérite entre dans la compréhension des processus d’érosion du littoral .
Elle est fondamentale pour la reconstitution de l’histoire plio-quaternaire du Pays-Basque et des Landes ainsi que dans la gestion du littoral et des risques naturels de la côte aquitaine.