Collecte des macro-déchets dans le Golfe de Gascogne

Une action des pêcheurs aquitains

Récupération des déchets Sur l’année 2004, 89 tonnes de déchets ont été ramenées à quai, représentant un volume de 1007 m3. C’est à Arcachon que le tonnage collecté est le plus important, représentant 44% du total avec 39 tonnes (443 m3).

32 tonnes (359 m3) ont été ramenées à St-Jean-de-Luz - Ciboure représentant 36% du total.

Capbreton et Hendaye représentent 20% du tonnage total global avec respectivement 14 tonnes (162 m3) et 4 tonnes (43m3).

Graphique des collectes

42 tonnes (475 m3) de déchets ont été collectées au second semestre contre 47 (532 m3) durant les six premiers mois de l’année.

Sur l’année, le tonnage mensuel moyen est de 7,4 tonnes (82 m3), ce qui représente un apport de 1,7 tonne par semaine.

Les résultats sur les trois premiers mois de 2005 sont encourageants, indiquant une légère augmentation par rapport à 2004.

Environ 13 000 sacs ont été remis directement aux équipages de 164 navires par le chargé de mission. 90% des bateaux ciblés ont ainsi été sensibilisés.

Solidarité avec les pêcheurs africains : récupération du matériel de pêche usagé

Filets de pêche Le matériel de pêche usagé et/ou inutilisé par les pêcheurs aquitains, voire abandonné et alors considéré comme un déchet, peut toujours représenter une ressource pour d’autres pêcheurs et retrouver une seconde vie.

Ces équipement sont en cours de collecte directement auprès des professionnels, ou retirés des bennes avant qu’elles ne soient relevées.

Environ 30 m3 de filets, lignes, chaluts, casiers, câbles, cordages, cirés, bottes, brassières, sont actuellement regroupés au port de St-Jean-de-Luz après avoir été triés et conditionnés, en attendant d’être expédiés par containers à des pêcheurs de la côte africaine.

Certains équipements pourront être réemployés tels quels, tandis que d’autres nécessiteront d’être adaptés aux pratiques de pêche locales pour être réutilisés (ex : utilisation de morceaux de chaluts pour habiller les casiers).

Il est important de noter que la valorisation de ce matériel considéré comme un déchet pose des problèmes techniques. L’enfouissement en centre de stockage est bien souvent la seule voie de traitement possible, certains centre refusant toutefois les chaluts et les filets.

Extension de l’opération à la plaisance

Port de plaisance 2005 voit l’extension de l’opération au monde de la plaisance après des premiers contacts établis en 2004.

Afin de réussir à toucher une population de plaisancier importante et dispersée, cette action s’appuiera sur des relais locaux pour transmettre l’information. Les coopératives, les clubs nautiques, les shipshandlers, les chantiers navals et les capitaineries s’impliquent en mettant à disposition des sacs ainsi que des plaquettes de sensibilisation actuellement en cours de réalisation. La campagne se déroulera essentiellement de mai à septembre.

Il s’agit là d’une évolution logique de l’action vers les autres usagers du littoral , en complément de celles réalisées par les ports, les associations, les collectivités locales.

Contacts :