Conservation du littoral : de la limitation de l’urbanisation à la préservation de la biodiversité

Entre terre et mer, le littoral est un territoire à la fois riche écologiquement mais aussi très convoité.

Avec 12 % du linéaire côtier métropolitain sous sa protection, le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres participe, en complément de la loi « Littoral  », à la limitation de l’urbanisation des côtes. Il contribue aussi à la mise en oeuvre du Grenelle de la mer dont l’un des objectifs est d’atteindre la protection d’un tiers du linéaire côtier, le « tiers sauvage », à l’horizon 2050.

Près du tiers de la flore protégée au niveau national est présente sur les sites côtiers du Conservatoire alors que plus de 70 % des oiseaux considérés comme vulnérables ou en danger y nichent.
Le domaine littoral protégé par le Conservatoire héberge 143 plantes sur les 439 protégées au niveau national. Environ 36 % sont présentes sur plus de 5 sites et 13 sites hébergent plus de 10 espèces dans leur périmètre : 7 en Corse, 3 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2 en Bretagne et 1 en Aquitaine.

Ce domaine a, par ailleurs, un rôle essentiel pour l’accueil des oiseaux d’eau hivernants se concentrant sur les grands espaces côtiers préservés.

Les habitats littoraux et halophiles (qui poussent sur des sols salés) comme les dunes, les falaises, les prés salés, les bancs de galets ou les vasières sont logiquement les types d’habitats les plus présents sur les sites côtiers du Conservatoire du littoral (sur plus de 9 sites sur 10), suivis par les landes et fruticées, les pelouses et les prairies.

Les territoires agricoles et paysages artificiels (surtout des zones rudérales, des plantations d’arbres, des zones bâties, des terrains en friche et des cultures) sont présents sur deux tiers des sites, sauf en Corse, où ils sont quasi-absents. Parmi ces habitats, certains sont en danger ou ont une aire de répartition réduite sur le territoire européen. Ils ont été listés par la directive « Habitats » et doivent faire l’objet d’une protection dans le cadre de la mise en oeuvre du
réseau Natura 2000.

Avec plusieurs centaines de sites protégés, le domaine du Conservatoire offre un maillage dense d’espaces protégés et participe au maintien de la continuité des milieux naturels côtiers.

Contacts :

Sébastien Colas, Service de l’observation et des statistiques.

Patrick Bazin et Pascal Cavallin, Conservatoire du littoral .

http://www.littoral.ifen.fr/Point_littoral_108.pdf

Commissariat Général au Développement Durable

Service de l’observation et des statistiques
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr