Erosion

Erosion Erosion vient du latin erosio : ce qui ronge.
Les facteurs d’érosion du littoral sont nombreux :

  • facteurs climatiques : précipitations, température, insolation, vent, tempêtes ;
  • facteurs océaniques : marée , houle , élévation du niveau marin, diminution des apports détritiques… (figure 1)
  • l’action anthropique , et notamment l’urbanisation.

Les éléments suivants sont extraits du rapport BRGM? (2004) « Etude géologique simplifiée de la Côte Basque », en cours d’édition :

L’étude géologique de la côte basque réalisée par le BRGM montre, par exemple, que les paysages de cette côte évoluent latéralement au cours du temps.

Différents scénarios d’évolution de profils de côte peuvent être envisagés. (figure 2)

Profils de côte

En 1 est représenté un paysage théorique sur lequel deux points fixes ont été positionnés de part et d’autre de la plage .

En 2, en l’absence de constructions, un déplacement latéral au cours du temps est observé (transport de matériaux vers le large en suspension et dissolution et vers l’intérieur des terres par le vent).

En présence de constructions, en 3, le vent continue de transporter le sable, dans et à travers les villes. Le sable est ensuite mécaniquement déplacé et transporté hors de la zone, au cours du nettoyage des rues de la ville.
Le transport vers le large continue, la plage se réduit en largeur.

En 4, est représenté un stade très avancé où la plage a entièrement disparu.

Actuellement, les zones qui reculent le plus rapidement sont toujours les mêmes depuis au moins le XVIIe siècle. A cette époque, la zone de l’altérite basque était moins pénétrée par les phénomènes d’érosion, la côte était plus rocheuse et les plages moins développées en dehors des estuaires.

Une tendance globale à la création puis à l’engraissement des plages a été constatée par :

  • la destruction des zones rocheuses ;
  • la croissance des zones concernées par l’altérite et les roches tendres.

Ces processus sont probablement compensés par les actions de l’Homme qui bloque la migration de la plage vers l’intérieur des terres.

Remarque : un nouveau concept est en cours d’étude mettant en évidence un volume de matière enlevé par l’érosion, sur un profil de côte donnée, par unité de temps.
Il permettra une approche plus quantitative des processus d’érosion du littoral basque.

La caractérisation de l’érosion du littoral d’un point de vue géologique sert de base aux études géotechniques définissant les phénomènes d’instabilités de la côte.