Erosion des falaises basques : une thèse en cours

La côte basque, connue pour ses falaises rocheuses, est soumise à une importante érosion marine. Cette « usure » du littoral est ici accélérée par les mouvements de terrain liés au contexte géologique local (proximité de la chaîne des Pyrénées).

Les précédentes études menées par le BRGM? ont mis en évidence la fragilité des roches en présence et le danger représenté par une fragilisation d’un littoral extrêmenent urbanisé.

Trés altérées, au point d’être souvent différentes de la roche d’origine, ces formations portent le nom d’altérites.

Afin de mieux comprendre les mécanismes d’altération et l’instabilité des côtes, une thèse est actuellement en cours sous la cotutelle du Centre de Développement des Sciences Appliquées de l’Université Bordeaux I et du BRGM.

Intitulée « Analyse des processus d’altération des massifs rocheux basques et application aux mouvements de terrain », elle a démarée le 1er Janvier 2006. Elle est financée par le BRGM dans le cadre de l’Observatoire de la Côte Aquitaine.

L’objectif de ce travail est la caractérisation des altérites (ou roches altérées) du littoral basque et de son arrière pays proche. Ces données permettront d’ici la fin de l’année l’élaboration d’une carte de répartition de l’altération . Ce document jouera un rôle essentiel dans la cartographie de l’aléa* « mouvements de terrain » de la côte basque.

*aléa : mesure de la probabilité (ici de mouvemenst du littoral basque, notamment d’effondrements)

L’analyse géologique des altérites (formation, répartition géographique) est la première étape de cette étude. Elle permettra ensuite d’identifier les dépôts (notamment les propriétés mécaniques et hydrauliques) afin de comprendre les mécanismes entrainant les instabilités (mobilités des côtes, effondrements) ; grâce notamment aux modélisations numériques.

Enfin, l’ensemble de ces connaissances facilitera l’identification des roches altérées pour les géologues et géotechniciens et fournira une aide précieuse dans la définition de l’aléa « mouvements de terrain » sur le littoral basque.

Les premiers résultats permettent de mieux comprendre les processus d’altération , grâce notamment :

  • à la réalisation d’une synthèse bibliographique sur les processus d’altération et l’application aux altérites du Pays Basque,
  • à l’étude microscopique de l’altérite et de la roche mère associé de façon qualitative et quantitative (par la méthode de l’analyse d’images),
  • à la cartographie détaillée de la géologie, des altérations et des venues d’eau sur le littoral de Biarritz à Hendaye à l’échelle de 1/5000éme.
  • à l’interprétation des données de la Banque de Données du Sous-Sol, précédée par un travail de dégroupage des forages et de vérification en cours.

Ces données permettront d’ici la fin de l’année l’élaboration d’une carte de répartition de l’altération . Couplée aux données géologiques (lithologiques, structurales et hydrogéologiques), cette carte permettra de concevoir un modèle de développement de l’altération dans l’espace et dans le temps. Elle sera également un support pour la cartographie de l’aléa.

L’année 2007 sera consacrée plus particulièrement à l’étude géotechnique des instabilités de terrains. Néanmoins, l’instrumentation d’un mouvement de terrain permet d’ores et déjà d’acquérir des données.

Ces travaux sont menés par Marianne Peter. La fin de la thèse et la soutenance sont prévues pour décembre 2008.

Contact :

Mariane Peter, BRGM, 33600 Pessac