Façades maritimes françaises

Portrait des façades maritimes françaises

L’Observatoire du littoral est mis en œuvre par le service de l’Observation et des Statistiques dans le cadre d’une convention regroupant le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, la Datar (Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale) et le Secrétariat général de la Mer. Il est intégré à l’Observatoire des territoires piloté par la Datar.

Il a pour mission de valoriser et de compléter les informations existantes sur le littoral sur ses aspects environnementaux, sociaux et économiques, ceci dans le but de permettre à l’ensemble des acteurs d’évaluer l’état du littoral mais aussi les politiques locales, nationales et supra-nationales mises en place. Ce suivi a aussi pour but de diffuser une information cohérente à un large public.

Notamment, l’Observatoire du Littoral édite actuellement sur son site Internet des portraits de territoire, notamment des différentes façades maritimes françaises.

Il s’agit d’un ensemble de pages de tableaux et graphiques, sur des territoires tels que : commune, ensemble des communes d’une façade ou d’un département, territoire d’un Scot, regroupements de communes littorales, etc.

En métropole :

- 885 communes littorales maritimes (référentiel Insee de 2006). Ces communes représentent 22 260 km2 soit 4,05 % du territoire métropolitain.

- 87 communes d’estuaires depuis un décret d’application de la loi littoral en mars 2004.

- 26 départements littoraux et 11 régions littorales.

Selon les différentes références, la longueur des côtes métropolitaines est variable. On peut l’estimer à 5 500 km.

Dans les départements d’outre-mer, 4 départements littoraux ultramarins comprenant 89 communes littorales pour 35 000 km2 dont 30 500 km2 en Guyane.

Les chiffres pour l’Aquitaine témoignent notamment d’une augmentation de la population dans les départements littoraux, centrée sur une classe d’âge 40-60 ans.

D’autres données sont disponibles sur le site Internet de l’Observatoire du Littoral , concernant l’occupation des sols, les activités économiques, le tourisme, les risques naturels, la gestion des ressources en eau, etc.

Données pour l'Aquitaine -  PDF - 135.3 ko
Données pour l’Aquitaine

Observatoire du Littoral  :
Site Internet : http://www.littoral.ifen.fr

Les fiches thématiques de l’ONML : « les Français et la mer, perceptions et attachements »

Les fiches thématiques de l’ONML (Observatoire National de la Mer et du Littoral ) sont de véritables documents d’informations comportant des tableaux, des données statistiques, des commentaires, des cartes ainsi que des graphiques commentés pour l’ensemble du territoire traité et par sous-région.

Une étude sur « Les Français et la mer : perceptions et attachements » a récemment fait l’objet d’une de ces fiches thématiques, cette dernière étant orientée sur « les activités économiques littorales et maritimes » complétée par « une analyse socio-économique générale ».

« Le bord de mer est le lieu de vie préféré des Français, attirant près d’une personne sur trois, et cette tendance s’affirme au fil des années. D’une manière générale, la mer et toutes les thématiques s’y rapportant suscitent un grand intérêt chez les Français, qu’ils habitent la métropole ou l’outre-mer. »

Il est à retenir de cette étude que « la grande majorité des Français interrogés opte pour un scénario conciliant le développement d’activités humaines et la protection du milieu marin, et pensent qu’il faut développer des activités humaines plus respectueuses de l’environnement. »

Les français et la mer -  PDF - 1.7 Mo
Les français et la mer

Site Internet de l’ONML : http://www.onml.fr/accueil/

Fiches thématiques de l’ONML : http://www.onml.fr/fiches/

Une nouvelle carte du Bassin d’Arcachon éditée par le SHOM?

Le SHOM (Service hydrographique et océanographique de la marine) exerce les attributions de l’Etat en matière d’hydrographie générale au bénéfice de tous les usagers de la mer en assurant notamment le recueil, l’archivage et la diffusion des informations officielles nécessaires à la navigation maritime.

Pourquoi une nouvelle carte du bassin d’Arcachon ?

Depuis la dernière édition de la carte 6766 des passes du Bassin d’Arcachon en 2000, la morphologie de la zone a considérablement évolué. Dès lors, la nécessité d’une réfection complète de la zone s’est imposée.

L’entrée du bassin a particulièrement changé, comme le montre la comparaison entre la nouvelle carte et l’édition précédente :

  • la pointe du cap Ferret s’est déplacée de plusieurs centaines de mètres vers le nord-est – les blockhaus étant maintenant sur l’estran
  • les bancs du Toulinguet et d’Arguin sont métamorphosés ;
  • les passes d’entrée du bassin d’Arcachon changeant au gré des tempêtes, la représentation de celles-ci a été simplifiée.
L'entrée du bassin d‘Arcachon en 2000
L’entrée du bassin d‘Arcachon en 2000

L’intérieur du bassin d’Arcachon a également subi des modifications :

  • envasement des bouches de l’Eyre et du fond du bassin d’Arcachon ;
  • les aménagements (balisage) ;
  • la réglementation (cadastre conchylicole, zones de mouillage,…).
L'entrée du bassin d‘Arcachon en 2012
L’entrée du bassin d‘Arcachon en 2012

Quelles informations ont permis de mettre à jour la carte ?

Comme pour chaque carte produite par le SHOM, l’ensemble des informations utiles à la restitution la plus fidèle de l’environnement a été recherché :

  • Les données bathymétriques proviennent de levés hydrographiques récents réalisés par le SHOM à l’extérieur du bassin d’Arcachon et pour l’intérieur, de ceux effectués par la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) de la Gironde, en collaboration avec le SIBA? (Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon), par l’Ifremer et par le GPM (Grand port maritime) de Bordeaux.

L’entrée du bassin d’Arcachon a été cartographiée en représentation minimale (absence de profondeurs et isobathes représentées en tireté), incitant les navigateurs à la prudence et à suivre le balisage mis en place, à partir des informations de la DDTM de la Gironde et du SIBA ;

  • Le balisage a été actualisé afin de se conformer aux informations fournies par le SIBA et les Phares et Balises du Verdon-sur-Mer ;
  • Les arrêtés préfectoraux déterminant la réglementation des mouillages, le cadastre conchylicole et les autorisations d’occupation du territoire (AOT) ont été portés sur la carte en relation avec les responsables locaux du Service maritime et littoral (anciennement Affaires Maritimes) ;
  • L’estran et le trait de côte ont été restitués par le bureau photogrammétrie du SHOM à partir de la BDORTHO® de l’IGN (2004 et 2009) et de l’Ortholittorale2000® ;
  • L’intérieur des terres (partie terrestre de la carte) est issu des cartes de l’IGN.
L'Île aux Oiseaux en 2000
L’Île aux Oiseaux en 2000
L'Île aux Oiseaux en 2012
L’Île aux Oiseaux en 2012

La publication de la carte 7428, résultat du croisement de l’ensemble des données à disposition et de l’expertise du SHOM en matière de cartographie marine, est une représentation du bassin d’Arcachon en ce début d’année 2012.
Cependant, les évolutions constatées se poursuivront et le SHOM fera le nécessaire pour assurer la sécurité des navigateurs via, notamment, les corrections diffusées au Groupe d’Avis aux Navigateurs (GAN), publication hebdomadaire corrigeant l’ensemble de la documentation nautique du SHOM.

Cette nouvelle publication de la carte 7428 est disponible dans les points de vente agréés dont la liste peut être consultée sur Internet du SHOM (www.shom.fr)

Un site Internet pour la flotte océanographique française

Un site Internet pour l’UMS (Unité Mixte de Service) Flotte océanographique française vient de voir le jour sous le parrainage des quatre grands opérateurs de flotte scientifique en France (CNRS, Ifremer, IPEV et IRD).

Le navire océanographique Marion Dufresne
Le navire océanographique Marion Dufresne

Une unité mixte de service (UMS) est une entité administrative créée par la signature d’un contrat d’association entre un ou plusieurs organismes de recherche et un ou des établissements d’enseignement supérieur. Dans le cas de l’UMS Flotte océanographique française, il s’agit d’une contractualisation uniquement entre des organismes de recherche.

Depuis le 2 juillet, l’adresse www.flotteoceanographique.fr/ permet de télécharger les documents relatifs aux campagnes : appel d’offres pour les campagnes hauturières 2014, règlements, préparation des campagnes, etc.

Il est également possible d’y trouver des informations sur la flotte (description des navires et engins), une présentation de son organisation, ainsi que des documents de référence ou de description de l’activité de la TGIR Flotte tels le rapport annuel 2011.

La TGIR correspond à une grande infrastructure de recherche. Il s’agit d’un outil établi en vue de mener une recherche propre d’importance et pouvant assurer une mission de service pour une ou plusieurs communautés scientifiques de grande taille.

Au sein de la TGIR, l’UMS Flotte océanographique française a pour missions :

  • d’élaborer la programmation intégrée des navires et des équipements lourds de ses membres, prioritairement au service de la communauté scientifique tout en respectant les spécificités et les engagements contractuels des organismes,
  • de coordonner les politiques d’investissement et d’anticiper le renouvellement de la flotte nationale.

Appel d’offres 2014

L’appel d’offres 2014 pour les navires hauturiers de la Flotte océanographique française ainsi que pour les navires des flottes partenaires, est disponible sur le portail de la Flotte océanographique française.

Cet appel d’offre concerne tous les types de campagnes « Recherche scientifique », « Recherche technologique », « Essais techniques » et « Service d’intérêt public ».

Date limite de réception des dossiers : lundi 17 septembre 2012

Documents à télécharger