L’influence des facteurs climatiques et océanographiques

Côte aquitaine Les agents naturels générant l’évolution du littoral basque, et en particulier son érosion, sont nombreux. Les principaux facteurs sont d’ordre climatiques (précipitations, température, insolation, vent, tempêtes) et océanographiques (marée , houle , élévation du niveau marin, diminution des apports détritiques).

Ont également une influence, les facteurs d’ordre géologiques et géomorphologiques, ainsi que biogéographiques (végétation, sols…).

A ces agents naturels de l’érosion, s’ajoute l’action anthropique , et notamment l’urbanisation.

Les facteurs climatiques :

Côte aquitaine Le Pays-Basque est caractérisé par un climat de type tempéré océanique qui se définit à la fois par sa douceur due à l’influence sensible du courant chaud du Gulf Stream et par d’importantes précipitations apportées par l’océan.

Ces précipitations sont bien réparties sur l’ensemble de l’année, avec un minimum en juillet et un maximum de novembre à décembre, donnant en moyenne 143 jours de pluies par an.

Mais une à deux semaines sans pluie sont assez fréquentes. A court terme, l’alternance de périodes sèches avec celles de précipitations ininterrompues a un impact sur la cohésion des falaises argileuses, entretenant la formation et l’agrandissement de fissures favorables aux glissements de terrain. A l’échelle d’une année, une période sèche favorise le maintien des escarpements, tandis que les saisons pluvieuses ont tendance à accélérer les mouvements de terrain.

Si les vents soufflent fréquemment, leurs vitesses moyennes restent modérées. Au cours de l’année, les vents soufflants du secteur nord-ouest à sud-ouest sont à la fois les plus fréquents et les plus forts. En été, ce sont les vents de secteur nord-ouest à ouest qui prédominent. Cependant, en allant vers les Pyrénées (vers Hendaye), les vents sont plus souvent de secteur sud à sud-ouest, surtout en hiver.

Les vents interviennent principalement, sur ces côtes rocheuses, dans la formation de la houle . Ils engendrent l’agitation de l’océan en jouant sur la dynamique marine, soit en l’augmentant, lorsque le fetch est fort et que son orientation est semblable à celle de la houle , soit en la diminuant dans le cas inverse.

Les tempêtes exceptionnelles interviennent peu souvent, mais accroissent considérablement l’efficacité érosive de l’océan. Lors des tempêtes hivernales, les différentes conditions météorologiques s’additionnent les unes aux autres pour augmenter temporairement le niveau de la mer (phénomène de surcote). La zone d’attaque des houles étant alors plus étendue, l’action de l’océan s’avère très destructrice en peu de temps, notamment en pied de falaise. Depuis une vingtaine d’années, la fréquence et la force des tempêtes accroissent légèrement.

Les facteurs océanographiques :

Houle littoral aquitain Plusieurs facteurs océanographiques, comme l’élévation du niveau marin ou la marée entraînent une évolution du littoral basque.

Mais, l’énergie la plus forte sur ce littoral est liée à la houle , agent essentiel responsable des processus dynamiques dans le domaine côtier. Les houles qui atteignent la Côte Basque sont les plus fortes rencontrées sur le littoral français. Cela est lié à l’orientation du trait de côte , ouvert aux longues courses des houles issues des dépressions de l’Atlantique nord et à la pente topographique importante de la plate-forme continentale interne qui permet à la houle de conserver toute son énergie jusqu’au déferlement.

L’amplitude des houles présente un régime saisonnier :

  • l’hiver (octobre à mars) les amplitudes sont plus élevées, 35% des houles ont alors une hauteur maximale comprise entre 2 et 4 m.
  • l’été (avril à septembre) est la période où prédominent les houles courtes, 87% des houles ayant alors une amplitude inférieure à 2 m.

La houle est le principal agent d’érosion marine et de transport sédimentaire car elle engendre des courants, surtout entre la zone de déferlement et la côte. Ces courants se font le long du littoral lorsque la houle est oblique, c’est le transit littoral , soit perpendiculairement à lui lorsqu’elle est frontale appelé courant de décharge.

Carte hydro côte basque