Les processus d’érosion continentale et océanique

L’érosion actuelle de la Côte Basque est contrôlée par les dynamiques continentales et océaniques. Ces deux facteurs d’érosion agissent de façon combinée sur une falaise.

Les dynamiques continentales

Elles sont liées à des processus agissant sur le flanc et sur la partie sommitale des escarpements. Ces processus dépendent de nombreux facteurs : la nature du substratum , la tectonique qui l’a modelé et fracturé, la dégradation de la roche, la gravité, l’océan qui creuse et sape le pied des falaises…
L’ensemble des processus de dégradations géologiques seront prochainement abordés dans la rubrique sur les Travaux de l’Observatoire.

Plusieurs phénomènes érosifs peuvent être répertoriés :

Ravinement falaise

Le ravinement et le ruissellement

Ces phénomènes se produisent sur les versants abrupts et très peu végétalisés. Ils sont uniquement efficaces pendant les périodes d’orages ou bien de précipitations soutenues. Les falaises sont donc localement et ponctuellement le siège de ravinements intenses qui réduisent la couche argileuse, pouvant à terme déclencher un glissement de terrain.

glissement falaise

Les glissements sont de plusieurs types :

  • bancs sur bancs, lorsqu’ils mettent en jeu deux dalles calcaires superposées ;
  • sur joints marneux, lorsqu’ils sont dus à une discontinuité correspondant à un lit argileux ou marneux qui constitue une « couche-savon » ;
  • rotationnels, lorsqu’ils se produisent dans des passées argileuses épaisses où les discontinuités structurales sont absentes ou insuffisantes pour influencer notamment la position et la forme de la surface de glissement.

eboulement falaise

Les éboulements

Les éboulements sont caractérisés par un détachement périodique de fragments d’un abrupt qui chutent entraînés par la gravité. La fracturation du substratum guide ces phénomènes.

Les éboulements sont également aggravés par la circulation des eaux continentales qui s’infiltrent dans les diaclases du substrat et les élargissent.

Les dynamiques marines

Elles s’expriment de différentes manières, qu’il s’agisse de formations dures ou meubles.

  • Dans les formations meubles, l’érosion océanique entraîne principalement des coulées boueuses et des phénomènes gravitaires sous forme de loupes de glissement.
  • Dans les formations dures, elle peut agir sous la forme de phénomènes de dissolution et d’abrasion produisant les cavités, le sous-cavage et les effondrements de falaises.

Le substratum est ainsi en permanence fragilisé.
Aussi bien dans les formations meubles que dures, la mer déblaie le pied de falaise empêchant la formation d’un profil d’équilibre.

Une autre dynamique océanique résulte de l’action des organismes marins. Celle-ci se produit plus activement dans la partie basse de l’estran et principalement au niveau des formations de type « flysch  ». Entre les dalles calcaires, l’activité biologique des organismes qui creusent la roche afin d’y constituer leur loge protectrice entraîne une accélération de la dégradation naturelle de ces matériaux par la houle . Cependant, cette action biologique reste négligeable par rapport aux autres formes d’érosion.