Missions de l’Observatoire de la Côte Aquitaine

Cote aquitaine L’Etat, la Région Aquitaine, le BRGM?, l’IFREMER? et l’ONF? ont mis au point la première expérience française de connaissance de la mobilité et de l’érosion du littoral à l’échelle régionale, sur la plus longue plage de sable d’Europe : la côte aquitaine.

Le littoral aquitain étant soumis à de fortes pressions économiques et sociales, il apparaît en effet aujourd’hui nécessaire d’intégrer son évolution morphologique dans les stratégies de développement durable.

II est désormais établi que les zones littorales vont concentrer un nombre croissant de populations et d’activités. Or, certaines côtes sont très exposées : l’Aquitaine, au fond du Golfe de Gascogne, est soumise à de fortes contraintes océaniques (houle , vent, courants) et anthropiques (pollution, urbanisation).

La Région Aquitaine et ses partenaires sont conscients des enjeux : son littoral attractif doit pouvoir accueillir les aménagements nécessaires tout en s’adaptant aux risques liés à l’érosion.

Plage C’est dans ces objectifs de connaissance, d’anticipation et de quantification des mouvements de la côte aquitaine que deux programmes d’analyse et de suivi ont été inscrits aux Contrats de Plan Etat-Région (CPER). Le premier, qui associait le BRGM et l’IFREMER avec la participation de l’ONF, s’est déroulé de 1996 à 2000. Il avait pour buts une reconstitution de l’évolution historique de la bande côtière sableuse, une analyse du fonctionnement global du littoral et la définition d’une méthodologie de suivi. Le CPER 2000-2006 reprend ces objectifs avec le souci de mettre en place un véritable outil d’aide à la décision pour la gestion du littoral aquitain à disposition des services de l’Etat, de la Région, des collectivités, des organismes scientifiques, des bureaux d’étude et du grand public.

Cote rocheuse Un avenant « Intempéries » au CPER 2000-2006 prévoit d’étendre l’action entreprise sur la côte sableuse à la côte basque rocheuse.

De nature géomorphologique différente, cette côte subit également les effets des érosions marines et continentales (écoulements des eaux au niveaux des falaises).

Ce projet est cofinancé par la Préfecture de la Région Aquitaine, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques et le BRGM.

Simultanément, des expertises de projets locaux de protection ou des programmes d’aménagements côtiers seront mises en œuvre sous l’égide de la Région Aquitaine.

Nouvelle convention 2005-2006

Photo plage La nouvelle convention cadre de l’Observatoirede La Côte Aquitaine vient d’être signée entre l’Etat, le Conseil Régional d’Aquitaine, le BRGM et l’ONF.

D’une durée de deux ans, elle s’inscrit dans le Contrat de Plan Etat-Région 2000-2006. Elle prévoit d’étendre son domaine d’action initial - l’érosion des côtes sableuses et rocheuses - à d’autres thèmes importants du littoral  : évolution du Bassin d’Arcachon, qualité des plages et des eaux .

Photos ci-contre : côte sableuse à La Teste et escarpement rocheux à Saint Jean-de-Luz

Elle prévoit également :

  • de pousuivre le recueil et l’analyse des données sur les côtes sableuses et rocheuses
  • de réaliser une étude concernant la pollution des plages (macro-déchets, problématiques liées au nettoyage des plages)
  • de favoriser le transfert des informations (expertises, SIG, site Internet, …)

Le département des Pyrénées Atlantiques est déjà associé sur le volet « côte rocheuse basque ». Un élargissement du partenariat aux Départements de la Gironde et des Landes ainsi qu’au SIBA? (Syndicat Mixte du Bassin d’Arcachon) est en cours d’étude.

Les éléments sont désormais quasiment réunis pour procurer aux gestionnaires du littoral l’outil scientifique et technique qu’ils attendaient pour assurer une gestion durable et raisonnée de la côte Aquitaine.