Submersions marines : vers une connaissance et une prédiction des dommages grâce aux données d’assurance

  • Submersions marines : vers une connaissance et une prédiction des dommages grâce aux données d’assurance (20 janvier 2014)

Chaque année en France, le bord de mer se retrouve inondé par la mer lors de tempêtes. Ce phénomène naturel (aléa) de courte durée est appelé « submersion marine ». Sur les communes littorales à fort enjeux, les submersions marines peuvent générer des dommages matériels et humains importants.

Phénomènes de franchissement d’ouvrage à Gâvres dans le Morbihan lors de la tempête Johanna, photo © DDTM56 Phénomène de rupture de digue sur l’île de Ré en Charente-Maritime après le passage de Xynthia, photo © AFP - Xavier Leoty

Face à ces évènements extrêmes on peut s’interroger sur l’utilité des données d’assurance dans l’analyse des dommages et l’évaluation des coûts sur les habitations ?

Afin de répondre à cette interrogation, le projet JOHANNA a vu le jour en 2010. Il a été cofinancé par la Fondation Recherche MAIF et le BRGM?, en partenariat avec le laboratoire GEOMER de l’université de Bretagne Occidentale et il a fait l’objet d’une thèse de doctorat (C. André, 2013).

Dans un premier temps, les caractéristiques des submersions au cours des tempêtes Johanna (2008) et Xynthia (2010) ont été analysées. Les données d’assurance (MAIF, MAAF et AXA) recueillies après ces deux évènements ont permis de savoir quelles caractéristiques de la submersion et du territoire inondé influencent l’importance et le coût des dommages.

Dans la deuxième partie de l’étude, il a été question de chercher à définir quels modèles économiques (fonctions d’endommagement) pouvaient permettre d’anticiper ces coûts.

Ces travaux ont permis notamment de souligner l’importance d’une prévention collective (en termes d’urbanisme et d’architecture), voire individuelle (aménagement intérieur, choix des matériaux) et de proposer aux professionnels de l’assurance et aux gestionnaires du risque d’améliorer l’acquisition des données pour affiner les modèles.

L’atelier de restitution du projet JOHANNA, prévu en janvier 2014, sera l’occasion d’en savoir plus sur ces 3 années de recherche.

Atelier de restitution du projet de recherche JOHANNA
Jeudi 30 janvier 2014 au GEMA
9, Rue de Saint Petersbourg 75008 PARIS (M° Europe, Liège ou Rome)

Lien vers programme de l’atelier

Contact :
Charlotte VINCHON
c.vinchon brgm.fr
BRGM/DRP/R3C