Suivi des passes externes du Bassin d’Arcachon

Initié dans le cadre du programme de recherche littoral OSQUAR basé sur la qualité des eaux du Bassin d’Arcachon et avec le soutien des fonds européens FEDER? et du programme LITEAU BARCASUB, une structure pour la réalisation de mesures scientifiques à vocation pérenne a été immergé au large des passes du bassin d’Arcachon par le laboratoire EPOC? de l’Université Bordeaux1 en juin 2011.

L’embouchure du Bassin est particulièrement intéressante car c’est le lieu d’échange d’eau et de matières entre l’intérieur de la lagune et l’océan. De son état morphologique et de sa configuration dépendent également des usages directs tels que la navigation et l’ostréiculture sur le banc d’Arguin, ou encore l’état des plages adjacentes. (Photo : structure équipée d’un profileur de type AWAC lors de son chargement sur le baliseur des Phares et balises du Verdon).

Mise en place sur des bancs sableux par les « Phares et Balises » du Verdon en juin 2011 , cette structure en acier inoxydable de forme pyramidale est destinée à recevoir des appareils de mesure et de suivi de nombreux paramètres physiques hydrosédimentaires et chimiques. Immergée par 12 mètres de fond, son poids atteint les 4,5 tonnes.(Photo : Localisation de la zone de déploiement de la structure OSQUAR)

Lors de son immersion, seuls un profileur de courant et un altimètre y sont fixés, afin de tester dans un premier temps la résistance du système. Ces instruments sont positionnés sur la structure à environ 4 mètres du fond, les protégeant des courants et déplacements de sables.

Depuis, d’autres instruments y ont été ajoutés, notamment en novembre 2011, grâce à une collaboration avec le SHOM?, avec pour objectif de réaliser des mesures de hauteur d’eau, vitesse des courants, vagues et températures.

Des enregistrements ont notamment été réalisés lors de l’épisode de tempête Joaquim.

Tous les mois, la structure est contrôlée par des plongées sous-marines supervisées par la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) du Cap Ferret. Au cours de ces visites, les données de mesure sont également récupérées par les scientifiques.

Les grands objectifs du projet :

  • compréhension à court, moyen et long termes du fonctionnement des « passes » du bassin d’Arcachon (mouvements d’eau et de sables)
  • estimation des surcôtes
  • validation des modèles numériques sur cette zone
  • observation des évènements dynamiques exceptionnels (comme ce fut le cas avec la tempête Joaquim)

Résultats préliminaires :

Les données acquises sont actuellement traitées et analysées dans le cadre d’un stage de master 1 de l’Université Bordeaux 1. L’analyse de ce jeu de données doit notamment permettre :

  • D’évaluer la fiabilité des données
  • D’évaluer la signature des vagues dans les courants mesurés notamment lors de l’épisode JOAQUIM.
  • D’évaluer les variations de l’altitude moyenne du plan d’eau lors de ce même épisode énergétique.

L’évènement « Joaquim », survenu entre les 15 et 17 décembre 2011, est bien repérable dans les données avec des hauteurs significatives de vagues mesurées par la bouée houle Cap Ferret de plus de 8m. En particulier, on observe de fortes vitesses sur l’ensemble de la colonne d’eau, ainsi que des amplitudes très fortes, indiquant de grandes concentrations de sédiments sur le fond.

Contacts :

Nadia Sénéchal et Aldo Sottolichio

Enseignants-Chercheurs UBX1 (Maîtres de Conférences HDR), équipe METHYS « Modélisation Expérimentale et Télédétection en Hydrodynamique Sédimentaire », UMR? 5805 EPOC - OASU
Site de Talence, Université Bordeaux 1, Avenue des Facultés, 33405 TALENCE CEDEX

n.senechal epoc.u-bordeaux1.fr

a.sottolichio epoc.u-bordeaux1.fr